Spectacle United Steel Workers of Montreal

Spectacle United Steel Workers of Montreal, Jeudi 21 avril, 21h00, Billet: 15$

Sortie d’album: Three on the Tree, 6 février 2009 (Vraiment Excellent!!! ;D)

Membre: Gern f: Lead Vocals, Rhythm Guitar, Harmonica / Felicity Hamer: Lead Vocals, Accordion, Higher Math / Matt Watson: Tele, Mandolin, Banjo, Backing Vocals / Shawn ‘Gus’ Beauchamp: Vocals, Rhythm Guitar, Mandolin, Tele, Pig Harmonies / Phil « Flipper » Frumignac: Stand up Bass / Dylan Perron: Banjo, Mandolin, Backing Vocals.

Genre: Country alternatif de cols bleus/Folk Country Blues

United Steel Workers Of Montreal… Heureux mélange entre le country, le bluegrass et le punk. Peut faire penser à The Pogues ou à Tom Waits, bien qu’elle reste unique en leur genre.

«Ce dernier album, est encore plus country alternatif, mais sans renier nos racines punk country que vous reconnaitrez dans plusieurs pièces.» Pour ce qui est des nouvelles avenues  qu’explore le groupe dans certaines pièces de Three on the Tree, l’ex-camionneur et barman parle d’expérimentations avec le gospel, toujours à la sauce Steel Worker.

Avec leur guitare électrique, leur banjo, leur violon, leur mandoline, leur harmonica, leur accordéon et leur basse, les USWM mettront encore une fois la barre haute pour les groupes qui entendent livrer des performances coup de poing, si l’on se fie à leurs prestations passées. Un spectacle à voir sans faute si vous aimez les découvertes qui jettent à terre, la musique à boire et les soirées inoubliables.

Pour en savoir plus:

Uswm.ca

www.myspace.com/unitedsteelworkersofmontreal

Folk rock américain

Périples abracadabrants sur de longues routes poussiéreuses, amours impossibles dans une station-service, vieux tatouages défraîchis : la trame de fond des histoires que nous racontent USWM s’inspire du folk américain, mais aussi de la vie des six membres du groupe issus de la classe ouvrière montréalaise. La pièce What a Riot, qui fait référence aux émeutes des séries éliminatoires de la LNH de l’an dernier, en témoigne.

«Je travaillais dans un bar de la rue Bishop ce soir-là, à environ 60 pieds du point de départ de l’émeute. J’en ai été témoin et je l’ai aussi vécue avec les centaines de personnes qui sont venues dans le bar ce soir-là, toutes choquées, horrifiées, écœurées et confuses», explique Gern.

Entre autres, certaines pièces des albums précédents ou de Three on the Tree parlent de solidarité ou de l’importance des luttes syndicales pour une meilleure cohésion sociale. Les travailleurs syndiqués, au premier chef les travailleurs de l’acier, ont d’abord porté une oreille attentive aux USWM, attirés par leur nom et leur logo, puis les paroles ont capté leur attention.

«La majorité des membres du groupe viennent de familles de la classe ouvrière. Plus notre expérience s’est approfondie à titre de membres d’USWM, plus nous avons vu l’importance de telles organisations, d’être tous unis, et je crois que ça transparaît dans nos textes. Les syndicats eux-mêmes nous ont toujours vu d’un œil positif et nous ont soutenu. Un des plus gros spectacles que nous avons fait, c’est quand nous avons été invités par le local 1005 des USWA (United Steelworkers of America) de Hamilton, au Copps Colliseum, dans le cadre des manifestations du 1er mai, au cours desquelles ils ont fait une sortie historique, déclarant que les travailleurs ne sont pas un coût relié à la production», dit Gern.

D’un océan à l’autre

Cet album suit Kerosene & Coal (2007) et Broken Trucks and Bottles (2005). Si le groupe s’est produit sur des centaines de scènes depuis 6 ans, à Montréal, au Canada et en Europe, c’est sans doute sa tournée la plus importante qui débute avec ce spectacle de vendredi, qui va le conduire d’un océan à l’autre pour une trentaine de spectacles d’ici à avril prochain. Puis, ce sera l’Europe. Mais le plus important, c’est que les membres de USWM s’impliquent désormais à fond dans l’aventure, misant sur la possibilité d’enfin vivre de leur art à temps plein. Le succès, hors du cercle restreint de la scène country alternative, frappe à leur porte.

«Ce n’est pas que nous avons tous quitté nos emplois pour le groupe, c’est plutôt que nos boss se sont tannés de nous accorder sans cesse des périodes de temps au fil des ans. Mais oui, nous avons tous officiellement terminé nos jobs et nous nous impliquerons à temps plein dans le groupe, au moins pour les 3 à 6 prochains mois»,  ajoute Gern, deux jours avant le lancement de Three on the Tree.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s